J’aime m’envoyer en l’air autant que la femme suivante, mais je ne suis pas toujours prête à me faire baiser par n’importe quelle queue qui se trouve être amenée à une fête. J’aime être un peu difficile à choisir. Je ne suis donc pas très friande de ces jeux de fête où l’on tire au sort un partenaire et où l’on se dirige vers la chambre la plus proche.

Mais le mois dernier, j’ai joué à un jeu qui m’a vraiment interpellée. Je me demandais pourquoi notre hôtesse Melanie avait dit que nous devions porter des robes et non des jeans, et que nous n’avions pas le droit d’amener un partenaire. Il s’est avéré que nous étions douze, y compris Mélanie, six de chaque sexe. Aucune de nous, les femmes, n’avait rencontré les hommes auparavant. C’était important, a dit Mélanie, car le jeu auquel nous allions jouer exigeait que nous ne sachions rien les uns des autres.

Il y avait deux gros bras dignes de ce nom, et les quatre autres n’étaient pas mal non plus. En circulant, en apprenant à se connaître, j’ai soudain réalisé à quel point Mélanie avait bien choisi. J’aurais pu baiser n’importe lequel d’entre eux. Ou n’importe lequel des six. Ils avaient tous des bourrelets dans leurs jeans que j’avais du mal à quitter des yeux, et j’ai surpris un gars en train de caresser le sien une ou deux fois.

Après quelques verres, Mélanie a dit que c’était l’heure du jeu spécial. Les femmes devaient toutes aller dans une des chambres, toutes sauf Mélanie. Tu peux parier qu’il y a eu des devinettes sur la taille du matériel de baise à l’intérieur de ces bourrelets. Mélanie est revenue après un moment et a expliqué le jeu. Elle nous a donné à chacune un crayon et un bloc-notes. Le bloc-notes avait les chiffres de un à six sur le côté gauche. Quand tu entreras là-dedans, a-t-elle dit, les gars auront tous des numéros mais leurs visages seront cachés, et tu devras deviner qui est chacun d’entre eux. Il suffit d’écrire le nom en regard du numéro.

Nous sommes donc allés dans l’autre pièce. Je n’avais jamais imaginé une telle scène dans mes rêves les plus fous. Mélanie avait installé un grand drap en travers de la pièce. Les hommes se tenaient tous derrière, avec six bites rampantes sortant des trous du drap, et six paires de couilles suspendues en dessous. Je n’avais jamais vu un tel spectacle : six fabuleux organes de baise alignés, tous au garde-à-vous. Le jeu était que nous devions deviner à quel gars appartenait chaque ensemble d’organes génitaux.

“Pas de triche”, a dit Mélanie. “Pas de tâtonnement pour voir ce que les hommes portent derrière le rideau. Tu peux regarder ces beautés, les sentir, les goûter, les branler, tout ce que tu veux. Sauf qu’il ne faut pas leur faire de mal.”

“Sais-tu qui ils sont ?” J’ai demandé à Mélanie.

“Pas du tout. Je les ai laissées décider de leur position. Et ne sois pas gourmand. Pas plus d’une demi-minute avec chacun. Nous ne voulons pas qu’ils éjaculent avant la fin du jeu.”

“Pourquoi pas ?” J’ai demandé de manière facétieuse. “J’adorerais les faire jouir toutes à la suite. Imagine, six bites éjaculatrices qui tirent toutes leur charge en même temps.”

Je ne sais pas où Mélanie a trouvé l’idée de ce jeu, mais c’était une excellente idée. Une rangée entière de belles bites. Plus de bites que je n’en avais jamais vues ensemble en même temps. Six bites à regarder, six bites à tenir, six bites à explorer, six bites à masturber, six bites à lécher et sucer, six paires de couilles à tenir dans ma main. J’allais être très occupée. J’aurais aimé les avoir pour moi tout seul, au lieu de les partager avec les femmes.

Mélanie a assigné chacune d’entre nous – y compris elle-même – à l’un de ces gros morceaux de viande de baise. Deux d’entre eux commençaient à s’affaisser, et j’aurais aimé pouvoir en dessiner un. Ça aurait été amusant de le masturber pour qu’il redevienne une bonne trique. L’idée était que nous avions chacun une demi-minute, puis nous changions de place et allions branler le suivant dans la file.

La première bite que j’ai reçue, la numéro quatre, avait des poils rouges autour du scrotum. C’était un signe évident, mais j’avais oublié que nous étions censés mettre des noms sur les numéros. Ma chatte était déjà en feu et le jus de chatte commençait à couler le long de mes cuisses car j’avais enlevé ma culotte en prévision de recevoir une bite chaude entre mes jambes à un moment donné de la soirée.

Je me suis agenouillée et j’ai pris le scrotum devant moi dans une main. C’était si chaud et lourd. Je pouvais sentir la dureté des couilles à l’intérieur, mais je n’ai pas osé les presser. La queue au-dessus était veinée de sombre et légèrement courbée vers le haut, pas comme les tiges droites que j’avais connues. J’ai gloussé pour moi-même, pensant qu’il avait la forme d’une banane et me demandant ce qu’une banane ferait à la place d’un gode les fois où je devais me branler.

Le bouton était plus rouge que la tige, mais pas aussi gonflé que certains que j’avais eus. J’ai pris la queue entre mes doigts et mon pouce et l’ai pressée doucement, puis j’ai commencé à la branler. Il a pris vie dans ma main, palpitant et se balançant de haut en bas ; et pendant que je regardais, la prune mûre qu’était sa tête a commencé à gonfler jusqu’à ce qu’elle soit étirée si lisse qu’il semblait qu’elle allait éclater. Je n’ai eu qu’à la prendre dans ma bouche et à frotter ma langue sur toute sa douceur, en la suçant si fort que j’en ai aspiré quelques gouttes de pré-cum délicieux.

En un rien de temps, il semblait que Mélanie appelait l’heure du changement. J’ai noté “Roger” en regard du numéro 4 sur mon bloc-notes et je suis passée au prochain morceau de viande d’homme qui dépassait du rideau. La femme avant moi avait fait un travail merveilleux en le masturbant jusqu’à une énorme tumescence.

Je n’avais jamais vu une queue aussi épaisse et dressée à un tel angle. Le pommeau était déjà rouge et brillant comme le numéro quatre, mais le rebord autour de sa base dépassait comme le bord d’un champignon, et la tête était si énorme que j’ai dû ouvrir grand la bouche pour la prendre. J’ai imaginé ce que ça ferait d’avoir une bite aussi grosse que celle-là qui ouvrirait l’entrée de ma chatte et reverrait mon vagin. Je ne savais pas qui était le numéro cinq, mais j’étais déterminée à le découvrir, car le numéro cinq allait tirer sa bourre bien haut dans mon ventre avant que trop de nuits ne se soient écoulées.

Au moment où je suis passée au numéro six, ma chatte était prise de spasmes. J’aurais aimé porter une culotte, pour pouvoir les sentir serrés contre ma vulve et frotter contre mon clitoris. Cependant, j’avais deux mains, et pendant qu’une main explorait la bite devant moi, l’autre était sous ma robe, mon majeur masturbant un clito qui ne demandait qu’à être sucé.

Et c’est ainsi que le jeu s’est déroulé. Une belle bite tumescente après l’autre, chacune différente d’une certaine façon de la précédente, chacune avec une magnifique érection. Avant d’avoir fini d’examiner les six bites, je me suis fait frire jusqu’à deux délicieux orgasmes. Et à en juger par les gémissements et les halètements des autres femmes, il y avait beaucoup d’éjaculation dans cette pièce.

Mais le jeu n’était pas terminé. Une fois que nous avions deviné le nom des six bites devant nous, Mélanie avait d’autres instructions. “Si tu es comme moi, tu as beaucoup joui aux dépens des gars. Alors maintenant, c’est leur tour. Ils doivent être prêts à exploser maintenant, alors fais-leur passer un bon moment. Branle-les, suce-les, fais ce que tu veux, mais ne les pique plus.”

Il y a eu des rires ravis, et six femmes se sont mises au travail sur six bites qui étaient sur le point de jouir depuis près de dix minutes. Je ne sais pas ce que les autres femmes ont fait pour faire crémer leurs mecs. Mais la bite devant moi avait suinté un flot régulier de délicieux jism qui avait le goût de bonbons à la noix de coco, et quelle que soit la force avec laquelle cette charge de sperme était sur le point d’éjaculer, j’étais déterminée à l’avoir dans ma bouche. J’aurais aimé le regarder arriver, car ce devrait être une explosion spectaculaire. Mais je voulais plus de ce bonbon, et j’étais d’humeur à sucer.

Mon gars devait avoir une formidable volonté pour se retenir tout ce temps, car j’avais à peine fixé mes lèvres autour du bord de son bouton et commencé à le sucer, que sa queue a commencé à palpiter et à s’enfoncer plus profondément dans ma bouche. Et avec chaque élan et chaque poussée, il y avait un jet de sperme brûlant. J’avais ma main entre mes propres jambes, synchronisant ma propre masturbation avec ses jets, et je serrais le long de sa queue et suçais fort son bouton, savourant la douceur et avalant goulûment jusqu’à ce que j’aie aspiré chaque goutte de sperme de son organe.

C’était le meilleur jeu de fête auquel j’avais jamais participé. Mais nous étions tous trop épuisés pour faire plus que nous effondrer là où nous étions. Nous n’avons même pas pris la peine de vérifier si nos suppositions avaient été bonnes.

Quelque temps plus tard, Mélanie a produit de la nourriture et nous avons bu quelques verres de plus. Puis Mélanie a fait une autre annonce. “Vu le succès du dernier jeu, que je pense appeler ‘Vol de bite’, j’ai un autre jeu pour toi. Celui-ci s’appelle ‘Cuntry Girls’. Cette fois, tous les hommes doivent aller dans la chambre.” Pendant que les gars étaient sortis, Mélanie nous a fait aller nous rafraîchir. Je suppose qu’il n’y avait pas une seule d’entre nous dont les chattes n’étaient pas collantes de jus de chatte. Elle nous a dit de laisser nos culottes, celles d’entre nous qui en portaient. Elle avait un long canapé au milieu de la pièce. Elle nous a fait nous tenir derrière le canapé et nous pencher sur le dossier rembourré, la tête basse et les fesses à l’air. “Comme vous allez le faire en levrette”. Elle est passée derrière nous, a soulevé nos robes et les a jetées par-dessus nos dos. Mon cul nu se sentait délicieusement exposé, même si ce n’était que Mélanie qui le regardait. Puis Mélanie a drapé un drap sur nous toutes, laissant juste apparaître nos moitiés inférieures. “Tiens-toi debout avec les jambes bien écartées. Les gars vont devoir deviner à qui appartient la chatte”, a-t-elle expliqué.

Lorsque les hommes sont entrés, il y a eu des sifflets de loup et beaucoup de commentaires désobligeants. Je suppose que nous avions réagi de la même façon en voyant leur rangée d’érections. Ce qu’ils ont dû voir, c’est une rangée de culs nus, les joues en l’air, de petits trous de cul serrés qui leur faisaient des clins d’œil, et des chattes grandes ouvertes qui pendaient, prêtes à recevoir tous les plaisirs qu’ils avaient en tête pour nous.

Mélanie leur a donné leurs instructions. “Trouvez à qui appartiennent ces chattes. Touchez-les, goûtez-les, frisez-les, faites-leur tout ce que vous voulez mais ne leur faites pas mal et ne mettez pas vos outils dedans.”

C’était une sensation excitante d’avoir les yeux bandés, en fait, avec tout mon cul exposé pour que six gars fassent ce qu’ils veulent avec. Comme être captif sur un bateau pirate ou quelque chose comme ça. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je savais juste que ma chatte suintait déjà d’attente, et que quoi qu’il arrive, ce serait forcément excitant. Sans prévenir, deux mains étaient sur les joues de mon cul, les caressant et les pressant. Puis un doigt a joué autour de mon anus et a sondé un peu à l’intérieur. Tu es censé reconnaître ma chatte, pas mon anus, ai-je pensé. Mais c’était une sensation agréable. Les doigts ont glissé à l’intérieur de ma vulve détrempée et ont doucement écarté mes lèvres extérieures. Ma chatte doit être complètement ouverte, ai-je pensé. Ouverte à la vue. Ouverte pour la baise, seulement Mélanie avait dit qu’elle ne devait pas le faire. Dommage ! Les doigts ont glissé facilement dans ma chatte, à l’intérieur de ma chatte, en haut de ma chatte, et en ont exploré les profondeurs, faisant tressaillir tout mon cul avec le plaisir.

Puis, de façon décevante, les doigts se sont retirés, et elle est restée vide et affamée pour plus, et j’ai senti un filet d’eau sur l’intérieur de mes cuisses qui m’a dit que celui qui était là pouvait voir à quel point j’aimais ses attentions. Soudain, j’ai haleté. Quelque chose de chaud était sur ma chatte. Une bouche. Une langue sondait l’intérieur de mon trou de chatte. Une bouche aspirait les lèvres de ma chatte à l’intérieur et les frottait avec sa langue.

Une voix masculine a dit : “Le temps est écoulé, passe à autre chose.” Et j’ai été laissée en plan au milieu d’un délicieux frigo. Puis la paume d’une main a entouré toute ma chatte, et un doigt a glissé dans ma fente jusqu’à l’endroit où mon clito engorgé attendait de l’attention. Le doigt a tâtonné, a senti le petit bouton, a appuyé dessus, et je pouvais le sentir palpiter. Je me suis demandé s’il pouvait le sentir. Le doigt a fait le tour, et a frotté, et a appuyé, et m’a fripée jusqu’à ce que j’aie envie de crier avec l’exquise agonie de la chose. Je ne pouvais pas m’en empêcher, je devais remuer mon cul et presser ma chatte dans sa main et forcer mon clito plus fort contre son doigt.

J’avais pensé que j’étais au paradis avec une rangée de six bites glorieuses avec lesquelles jouer. Ce n’était rien comparé à la sensation d’avoir ma chatte explorée, caressée, sondée, fripée et sucée par six hommes différents avec six esprits merveilleusement pervers. Je ne pouvais plus me retenir au moment où le troisième gars a commencé sur moi. Non pas que j’en avais envie. J’ai joui dans sa bouche, forçant ma chatte dans sa bouche, forçant mon cul contre son visage et me tordant d’extase pendant que sa langue me baisait et que son doigt me tripotait le clito. Après cela, j’ai joui chaque fois qu’un nouveau gars me masturbait d’une manière différente, jusqu’à ce que je perde le compte et que le jeu prenne fin. Mais alors Mélanie a dit : “Bon, les gars, si vous n’avez pas encore joui, c’est votre chance. Faites ce que vous voulez avec vos putains de machines.”

Les gars n’ont pas perdu de temps. Ils devaient déjà avoir sorti leurs bites. Ils devaient probablement se masturber pendant qu’ils travaillaient sur nous. Ma chatte a soudainement été forcée de s’ouvrir et un organe chaud a glissé facilement et lentement à l’intérieur de moi. Après toute la tension et les frissons que ma chatte avait ressentis pendant que six mecs différents me fripaient, et les palpitations à l’intérieur à chaque orgasme, la sensation que mon vagin devenait de plus en plus rempli d’une bite chaude et pulsante était la plus délicieuse de toutes les sensations. La bite semblait entrer et entrer, jusque dans mon ventre, jusqu’à ce que les cuisses du gars soient pressées contre mes fesses. Puis le piston a commencé à sortir à nouveau, la tête gonflée me reaminguant alors qu’elle me laissait vide et en redemandant. Puis, lentement et délibérément, il s’est à nouveau enfoncé, un bélier qui semblait ne jamais vouloir s’arrêter, jusqu’à ce que j’aie l’impression que chaque partie de mon ventre était remplie de cet organe chaud et palpitant.

Je n’avais jamais eu de baise comme ça, si lente et inexorable, avec toute ma chatte si complètement bourrée. J’avais l’impression que c’était si absolument sous contrôle que cela devait continuer pour toujours, une machine à baiser perpétuelle. Mais ça n’a pas continué pour toujours. Le piston a donné une soudaine et forte poussée et s’est enfoncé si profondément dans mon vagin que quelque part près de mon nombril, j’ai senti une poussée de sperme bouillonnant.

Le piston a commencé à foncer plus vite et chaque fois qu’il me remplissait, je sentais cette merveilleuse queue éjaculer un flot de sperme chaud dans mes entrailles. C’est à ce moment-là que ma chatte est devenue balistique. Chaque fois que mon homme m’a enfoncée, mon cul s’est enfoncé pour le rencontrer. Ses poussées et les convulsions à l’intérieur de ma chatte semblaient se synchroniser. Il a continué à éjaculer, et moi à jouir, jusqu’à ce qu’il semble que nous ne nous arrêterons jamais.

Et c’est ainsi que je veux me souvenir de cette soirée, comme si nous ne nous étions jamais arrêtés.

Préférence de la coquine : branlette espagnole et striptease coquin
Endroit de préférence pour le sexe : après midi chez moi
Quoi de mieux qu’une femme expérimentée pour débuter sa vie sexuelle ? C’est la question que se posent tous les jeunes hommes de 18 ans vierges.