C’était en mars. James était très occupé par son travail et je voulais rendre visite à ma mère qui vit dans le sud. Je ne l’ai pas vue depuis longtemps et c’est l’entraînement de printemps pour les équipes de basketball. Je suis une grande fan de ce sport.

James m’a conduit à l’aéroport et m’a souhaité un bon voyage. Il m’a dit de lui écrire pour lui raconter toutes les merveilleuses aventures que je vivrais.

Puis il m’a dit : “N’oublie pas de dire bonjour à Sal”.

J’ai gloussé et j’ai promis de lui écrire ou de l’appeler si je rencontrais des hommes intéressants au cours de mes voyages.

Il devait retourner au travail et m’a donc laissée attendre mon vol pendant deux heures.

Je portais un chemisier ample avec quelques boutons détachés et une mini-jupe qui mettait vraiment en valeur mes hanches et mes jambes. J’étais assise seule en train de lire un roman sexy lorsqu’un jeune homme s’est assis à côté de moi. J’ai levé les yeux de mon livre et j’ai souri, puis je suis retournée à ma lecture.

“Tu vas sur Marseille ?” m’a-t-il demandé.

“Oui, je vais à Marseille. Je suis un grand fan de basket et je vais voir l’entraînement de printemps.” Je lui ai répondu et je suis retourné à ma lecture.

“Wow, c’est génial”, a-t-il répondu. “Je ne connais pas beaucoup de femmes qui aiment le sport ; et le basket est l’un de mes préférés”.

Il était clair que je n’allais pas pouvoir lire beaucoup pendant ce vol ; ou du moins pendant que j’étais assis ici. J’ai donc marqué ma page et j’ai fermé mon livre. “Pourquoi vas-tu sur Marseille ?” lui ai-je demandé.

“J’ai des amis; on pourrait peut-être se retrouver pour aller voir un match ensemble”, a-t-il suggéré.

J’ai souri et j’ai répondu : “Ça pourrait être sympa. Es-tu déjà allé à l’entraînement de printemps là-bas ? C’est ma première fois. Je suis très enthousiaste à l’idée d’y aller. J’ai entendu dire que les joueurs sont beaucoup plus amicaux pendant l’entraînement de printemps et j’espère pouvoir parler avec eux.”

“Wow, non, je n’y suis jamais allé, mais ça a l’air bien.”

Il a rougi, “je suis un fan de football, désolé”, a-t-il dit. “Mais si on peut se retrouver pour un match, je te promets d’apprendre quelque chose sur ce sport”.

J’ai ri et j’ai dit : “Quel est ton nom ?”

“Oh, je suis désolé, je m’appelle Laurent, quel est le vôtre ?” a-t-il répondu.

“Je m’appelle Morgan”, ai-je répondu. Puis j’ai accepté son offre. “Eh bien, Laurent, si tu veux te joindre à moi pour une partie, j’aimerais bien avoir de la compagnie. Je pourrai peut-être t’apprendre un peu sur ce sport pendant le vol et nous pourrions aussi apprendre à nous connaître.”

Pour une raison ou une autre, mes yeux, à ce moment-là, ont jeté un coup d’œil à son accroupissement et il bandait massivement. Il a remarqué mes yeux et elle a rougi.

Je lui ai dit : “Oh Laurent, ne sois pas gêné, ça me fait plaisir que tu sois excité par notre conversation, ou par moi.”

Il a dit : “Je n’ai jamais été très doué pour parler aux femmes que je ne connais pas et je te trouve très attirante.”

“Merci”, ai-je dit, “on dirait que tu as un pénis de belle taille”.

Il a rougi à nouveau et m’a répondu : ” Il n’est pas vraiment si gros que ça. ”

” Eh bien, il me semble en bonne santé “, lui ai-je dit. “Ça fait longtemps que je n’ai pas eu une bonne bite”.

Il ne savait pas quoi dire. Il a regardé dans la salle d’attente et il n’y avait pas beaucoup de gens qui attendaient le vol. Il a dit : “Je parie que je pourrais te faire entrer en douce dans les toilettes pour hommes. Et je sais que je pourrais te faire sentir bien.”

J’ai souri et j’ai dit : “Faisons-le.”

Il m’a pris par la main et m’a conduit aux toilettes pour hommes. Il m’a laissé devant la porte et est entré pour vérifier. Quand il est revenu, il a dit : “La voie est libre, allons-y !”

Je l’ai suivi et nous sommes entrés dans la cabine la plus proche de la porte. Il a ouvert son jean et en a sorti une belle bite. Elle mesurait facilement 18cm de long et elle était épaisse. Je me suis léché les lèvres à l’idée d’avoir ce pénis dans ma bouche et dans ma chatte.

Il a regardé sa montre et m’a dit qu’il nous restait une heure avant le vol.

J’ai dit : “Eh bien, nous ferions mieux de commencer, j’ai faim de ce morceau de viande que tu as là.” Et je me suis agenouillée, j’ai mis son pénis dans ma bouche et je l’ai sucé de toutes mes forces.

“Mmmmmm”, a-t-il gémi en sentant la chaleur de ma bouche alors que je le prenais à l’intérieur. Il a dû s’asseoir sur les toilettes parce que ses jambes faiblissaient. Quand il l’a fait, j’ai grimpé sur lui et j’ai forcé ce joli pénis à entrer dans ma chatte.

Il a respiré profondément pendant que je le faisais glisser en moi. Il a déboutonné les deux boutons suivants de mon chemisier et a pris un de mes seins dans sa bouche et l’a sucé pendant que je me positionnais sur sa bite dure. J’ai utilisé mes jambes pour me pomper de haut en bas sur son énorme outil. Je me sentais vraiment bien au fond de ma chatte humide.

Je pouvais sentir la pression monter en lui. De toute évidence, cela faisait un moment pour lui aussi. Cela faisait seulement dix minutes que nous baisions lorsqu’il a fait exploser son sperme dans ma chatte encore assoiffée.

“Je suis désolé”, a-t-il gémi, “je crois que j’étais plus excité que je ne le pensais”.

“On dirait bien”, ai-je répondu, “eh bien”.

Il a dit : “Nous avons un vol de plus d’une heure, je réessayerai dans les toilettes de l’avion. Je suis désolé, je crois que j’étais un peu nerveux aussi”.

“Oui, on peut réessayer”, ai-je répondu, j’ai enfilé mes sous-vêtements et boutonné mon chemisier.

Laurent s’est redressé, a vérifié les toilettes pour hommes et nous sommes retournés dans la salle d’attente.

Nous avons obtenu nos cartes d’embarquement et nous avons fait la queue pour monter dans l’avion.

Une fois dans les airs, Laurent a dit : “Je crois que je suis de nouveau prêt, tu veux essayer ?”

Ça me démangeait encore et j’espérais qu’il aurait un peu plus d’endurance cette fois-ci, alors je lui ai dit : “Retourne là-bas et je te rejoindrai dans quelques minutes. Ne te touche pas pendant que tu m’attends parce que je veux que ça dure un peu plus longtemps que la dernière fois.”

J’ai souri et j’ai dit : “C’est bon, j’ai juste besoin d’une bonne baise”. Je sentais les jus couler dans ma chatte.

Après qu’il se soit dirigé vers les toilettes, un agent de bord masculin est venu près de mon siège et s’est assis à côté de moi. “J’espère que vous ne serez pas offensée, mais je voulais juste vous dire que je vous trouve vraiment sexy madame”.

J’ai souri et j’ai répondu : “Merci beaucoup ; non, je ne suis pas offensée.”

J’ai remarqué que sa croupe a tressailli. J’ai dit : “Je suis sur le point d’aller aux toilettes pour rejoindre un ami, avez-vous le temps de vous joindre à nous ?”.

“Oh madame, ce serait merveilleux, mais si je me faisais prendre, je perdrais mon travail”, a-t-il répondu.

“Je comprends”, ai-je dit, “peut-être une autre fois”.

“Vous débarquez à Marseille, madame ?” a-t-il demandé.

“Oui, je le fais”, ai-je répondu.

“Alors, nous pourrons peut-être nous rencontrer là-bas. Voici le numéro de téléphone de l’hôtel où je séjournerai. Je m’appelle Ryan et j’ai hâte d’avoir de tes nouvelles”, a-t-il dit en me tendant le numéro de téléphone.

Je l’ai mis dans mon sac à main, je l’ai remercié et j’ai dit : ” Bon, mon ami m’attend dans la salle de repos et je ne veux pas qu’il commence sans moi. J’espère vous voir à Marseille.” J’ai souri et je me suis dirigée vers l’arrière de l’avion.

Laurent était paniqué, “Qu’est-ce qui s’est passé ?” a-t-il demandé ; “Je suis sur le point de devenir fou”.

“Désolée, une hôtesse de l’air avait besoin de me parler”, lui ai-je dit. Puis j’ai enlevé ma culotte et défait sa ceinture et j’ai fait glisser ma chatte humide et juteuse sur sa bite dure et palpitante. C’était si bon de me pénétrer. Cela m’a semblé encore plus long qu’à l’aéroport, ou peut-être que j’étais simplement plus impatiente d’avoir ce sperme dans ma chatte.

Il s’est levé et m’a poussé le dos contre le mur et il m’a pompé fort et rapidement. Quelqu’un a frappé à la porte et il a placé sa main sur ma bouche pour m’empêcher de glousser. “Désolé, c’est occupé”, a-t-il appelé.

Mes hanches continuaient à me pousser vers lui. Je voulais que ce pénis dur m’éperonne pendant le reste du vol. Il avait plus d’endurance cette fois-ci. Il m’a pompée pendant quarante-cinq minutes, avec quatre autres interruptions, avant que cet épais flot de sperme chaud ne remplisse ma chatte affamée. C’était explosif et cela a réchauffé tout mon être. Lorsqu’il s’est retiré, j’ai tendu le bras pour extraire un peu de sperme de ma chatte et j’ai joué avec mon clito jusqu’à ce que je jouisse d’un cinquième orgasme. C’est celui qui m’a calmée.

“C’était génial, dit-il, et j’ai vraiment aimé te regarder jouer avec toi-même après que j’ai joui. C’est un véritable excitant pour moi.”

“Ça m’a fait du bien aussi, merci”, ai-je répondu.

Il a ouvert la porte et vérifié que la voie était libre, puis il m’a fait signe de partir. Je me suis dirigée vers mon siège et il m’a rejointe quelques instants plus tard.

Pendant le reste du vol, il m’a doigté et frotté la poitrine sous une couverture. J’étais vraiment détendue lorsque nous sommes arrivés à Marseille.

J’avais dit à ma mère que je prendrais la navette pour aller chez elle, je savais donc que personne ne m’attendrait. J’ai dit à Laurent : “Je t’appellerai demain pour te faire part de mes projets pour les jeux”.

“Super, j’aurai hâte d’avoir de tes nouvelles”, a-t-il dit, “Merci d’avoir fait de ce voyage un moment inoubliable”.

“Ce fut un plaisir, je te l’assure”, lui ai-je dit.

Au moment de quitter l’avion, j’ai vu Ryan et je lui ai souri. Il m’a rendu mon sourire et m’a fait un clin d’œil. Je lui ai dit : “Je t’appellerai ce soir, peut-être qu’on pourra se voir”.

“Ce serait merveilleux”, a-t-il dit et il s’est dirigé vers le terminal pendant que j’allais récupérer mes bagages.

Alors que j’attendais la navette, Ryan est passé en voiture. “Madame, vous avez besoin qu’on vous dépose quelque part ?” a-t-il demandé.

“Oh non, je vais jusqu’à Mesa”, lui ai-je dit. “Je ne voudrais pas que vous vous écartiez de votre chemin”.

“Au contraire”, a-t-il répondu, “Mesa est l’endroit où je loge. S’il te plaît, laisse-moi t’emmener.”

Je suis donc monté dans sa voiture, j’ai mis mes bagages sur la banquette arrière et nous étions en route.

Nous avons parlé de nos antécédents sur une courte distance. Il n’arrêtait pas de regarder mes seins et mes jambes nues et je ne pouvais pas détacher mes yeux du renflement de son pantalon. Il m’a demandé : “Quelle est l’adresse où vous allez ?”

Je lui ai dit et il a répondu : “Oh c’est près de l’endroit où je loge. Voulez-vous dîner ce soir ?”

“Oh ça m’a l’air sympa, mais je suis sûr que ma mère aura prévu un repas. Pourquoi je ne t’appellerais pas pour ça ?” J’ai demandé.

“Bien sûr, ça ira”, a-t-il répondu.

Il me déposa devant la porte de maman et m’embrassa pour me dire au revoir, puis l’une de ses mains se porta sur ma croupe humide, qui explosa de plaisir à son contact, et l’autre main se porta sur un sein ferme dont le mamelon devint instantanément un rocher. Un feu grandit dans mon aine. Ma chatte s’est remplie de jus chauds ; j’avais envie de lui. Après le baiser, il m’a dit : “J’espère que ça ne te dérange pas, tu es tellement sexy et je devais voir si tu me trouvais désirable.”

“Non, ça ne me dérange pas du tout ; j’espère que tu as reçu la réponse que j’ai essayé de te donner”. Et j’ai tendu la main vers sa bite dure. J’espère que cela te fait autant de bien que cela m’en a fait.

Et j’espère que tu me toucheras davantage lorsque nous nous retrouverons plus tard”, lui ai-je dit avant de l’embrasser à mon tour ; j’ai rassemblé mes bagages et je suis sortie de la voiture.

Ma mère était contente de me voir et j’ai rencontré son nouveau petit ami. Il était très gentil et j’étais contente qu’il soit là pour s’occuper d’elle. Nous avons discuté et nous avons dîné tôt. Je lui ai dit que j’avais l’intention de rencontrer Ryan plus tard et elle était d’accord. Je savais juste que je ne pouvais pas rester assis à regarder la télévision avec eux toute la nuit.

J’ai appelé James après le dîner pour lui dire que j’étais arrivée et je lui ai laissé entendre que j’avais été une mauvaise fille, mais je n’ai pas pu vraiment parler parce que ma mère et son petit ami étaient assis devant la télévision. Je lui ai cependant dit que je sortais ce soir-là pour prendre un verre avec un homme que j’avais rencontré.

“J’ai hâte de tout savoir”, m’a-t-il dit en me taquinant.

“J’espère que j’aurai de belles aventures à partager avec toi”, ai-je murmuré.

À 20 heures, j’ai eu ma dose de télévision et de bavardages. J’ai appelé Ryan et lui ai demandé s’il était occupé. Il m’a répondu : “Non, je pensais juste à toi, je me branlais et j’espérais que tu m’appellerais.”

Je lui ai demandé s’il pouvait venir me chercher et il m’a répondu qu’il en serait ravi. J’ai dit à ma mère et à son copain que j’avais rendez-vous avec un ami et que nous allions boire un verre si cela ne les dérangeait pas. J’ai pris une douche et le temps de m’habiller, Ryan était à la porte. Je l’ai présenté à ma mère et à son petit ami et je leur ai dit de ne pas m’attendre.

Quand nous sommes arrivés dans la voiture, je l’ai embrassé passionnément et je lui ai dit : “Je suis tellement excité, j’ai vraiment besoin d’être baisé.”

Son pénis s’est dressé comme une fusée et j’ai tendu la main pour le détacher de son pantalon. Il faisait facilement 8cm et 5cm de diamètre autour avec une tête de champignon qui était rose et pleine, je me suis penché et j’ai léché la tête et je pouvais goûter le précum. Je voulais sentir ce pénis massif dans ma chatte.

Il m’a conduite à l’hôtel où il logeait et nous avons pris un verre. Pendant que nous étions dans le salon, il avait sa main sous ma jupe qui frottait mon clito. J’ai frotté la tête de sa bite par l’ouverture dézippée. Ma chatte s’est remplie de sang et d’humidité dans l’attente que sa queue massive la remplisse.

Nous avons parlé pendant environ une demi-heure, lui me touchant et me sentant pendant tout ce temps. Ma main explorait son énorme virilité. Lorsqu’il a senti que mon clito était au garde-à-vous et que l’humidité était sur le point de s’écouler de ma chatte, il a payé l’addition et m’a emmenée dans sa chambre, son pénis appuyant fortement sur son pantalon maintenant zippé.

Une fois dans la chambre, il a arraché sa chemise et mon chemisier et il a sucé mon sein comme un nouveau-né. Il a gémi et ses mains ont exploré chaque centimètre de mon torse. Lorsque ses mains ont atteint ma chatte remplie de jus, il a cessé de sucer mes seins. Il est tombé à genoux et a enfoncé sa longue langue dans ma fente.

J’ai explosé ! Sa langue était aussi longue que sa bite. Il l’a fait tourner autour de lui et l’a fait entrer et sortir de ma chatte pleine d’humidité. J’avais l’impression que de l’électricité parcourait mon corps. Mon clito était en feu et il palpitait en attendant son attention. Il ne l’a pas fait attendre longtemps. Mes jambes sont devenues faibles et j’ai dû m’accrocher à la chaise pour me soutenir.

Lorsque sa langue a touché mon clito, j’ai explosé dans un orgasme. Il avait vraiment une très bonne langue. Je me suis dit : “Waouh, tu es bon !” Et je me suis donnée à lui. Il m’a léché pendant près d’une demi-heure et c’était comme un feu d’artifice dans ma chatte.

Puis il m’a soulevée sur le lit. Il a arraché son pantalon et libéré la bête qui poussait contre sa fermeture éclair. J’ai regardé deux fois, juste pour m’assurer qu’il n’était pas noir, parce que l’énorme morceau de viande qui tombait de son pantalon semblait faire 25cm de long et au moins 7cm de diamètre. J’ai tendu la main vers lui et je n’ai même pas pu l’entourer. J’ai essayé de descendre sur lui mais il m’a repoussé. “Je veux d’abord te baiser, puis tu pourras me sucer”, a-t-il dit.

Je me suis donc allongée, je me suis détendue et je l’ai laissé me donner du plaisir. Il a commencé lentement, me taquinant avec la tête massive de son pénis. Il est entré d’un centimètre dans ma chatte, puis en est ressorti. J’ai souri à son jeu. Je savais que cette baise allait être vraiment bonne.

Il m’a taquiné pendant environ cinq minutes et tout d’un coup, il a tiré haut au-dessus de mon corps et il a enfoncé sa belle bite dans ma chatte affamée. Cela a déchiré ma peau et je pouvais sentir la brûlure à l’intérieur. Il était chaud et se sentait si bien en moi.

Il m’a baisée fort pendant environ dix minutes et j’ai eu deux orgasmes dans ce court laps de temps. Puis il a ralenti, presque jusqu’à s’arrêter. Son rythme est devenu méthodique. Il ralentissait et je craignais qu’il ne cède.

Tout à coup, il s’est élevé au-dessus de mon corps et a enfoncé sa bite dure dans ma chatte vorace. La poussée s’est enfoncée profondément dans ma personne et tout mon corps a tremblé de plaisir.

Puis il a ralenti une fois de plus et a choisi un rythme qui lui permettrait de s’offrir le luxe d’une baise longue et tranquille. Mon corps a réagi avec joie et mes hanches ont commencé à suivre le sien.

Encore et encore, il m’a amenée au bord de l’orgasme, puis il s’est retiré suffisamment pour que cela ne se produise pas. C’était la baise la plus excitante que j’aie jamais eue.

Il changeait de position, ce qui allumait un feu dans une autre partie de mon corps. Puis il accélérait encore et quand il savait que j’étais proche de l’orgasme, il changeait à nouveau de position et la chaleur explosait, mais il ne me laissait pas atteindre l’orgasme. Il a joué ce jeu avec mon corps pendant environ deux heures.

Finalement, il a ralenti son rythme. Il a positionné son pénis plus bas dans ma chatte et il a fait des mouvements ascendants en suçant à nouveau mes bêtes. Mes mamelons étaient durs comme des pierres à cause de l’excitation qu’il provoquait dans les régions inférieures de mon corps.

Il était maintenant délibéré. Je m’en suis rendu compte au son de sa respiration. Sa respiration est devenue superficielle et courte. Je sentais son pénis grandir dans ma chatte. Puis, vlan ! il a touché mon point G. Mon corps a tremblé et l’orgasme était si profond que mes orteils semblaient se recroqueviller. Je ne pouvais pas contrôler les vibrations que son pénis faisait voyager dans les différentes parties de mon corps.
J’ai senti les fluides chauds s’écouler de lui dans ma chatte qui attendait anxieusement. Son sperme était si épais qu’il ressemblait à de la lave, brûlant mes entrailles. Je tremblais tandis que sa chaleur s’écoulait au plus profond de mon être. Je voulais ramener cet homme chez moi et en faire mon taureau.

Lorsque la dernière goutte de son sperme est entrée dans mon corps, son corps a tremblé et il a poussé un profond soupir. Il est resté allongé, tout son poids sur moi. J’ai tendu la main et touché son visage ; de la sueur en coulait. Je l’ai soulevé et je l’ai regardé dans les yeux. “Tu ne voudrais pas recommencer, n’est-ce pas ?” lui ai-je demandé.

Il a souri, “Donne-moi deux heures et je te le redonne”, a-t-il répondu.

J’ai embrassé son visage trempé de sueur et j’ai posé sa tête sur mon sein et il s’est endormi. Après avoir pris son sperme dans ma chatte pour lubrifier mon clito pour un dernier orgasme, je l’ai bientôt suivi dans le sommeil. Je sentais encore le plaisir qu’il m’avait donné.

Le lendemain matin, je me suis réveillée tôt. J’ai souri en regardant son visage. Il avait l’air si innocent et je me suis souvenue du plaisir qu’il m’avait donné la nuit précédente et j’ai pensé que les apparences pouvaient être trompeuses. Je l’ai embrassé pour lui dire au revoir alors qu’il dormait paisiblement.

Je me suis glissée hors du lit et, ce faisant, une main s’est tendue vers moi. Ce n’était qu’un réflexe et j’ai pu m’échapper facilement. Je lui ai laissé un mot de remerciement pour la meilleure baise de tous les temps et j’ai appelé un taxi. Je suis retournée chez ma mère juste à temps pour le petit déjeuner.

J’étais fatiguée mais pas assez pour me rendormir. J’ai lu un peu et j’ai vérifié le programme du premier match. Puis j’ai décidé d’appeler Laurent et de lui demander s’il voulait m’accompagner pour en apprendre un peu plus sur le basket.

Il se réveillait à peine quand j’ai appelé, mais il m’a dit qu’il voulait absolument se joindre à moi. Nous avons donc convenu d’une heure. J’ai emprunté la voiture de ma mère et nous nous sommes retrouvés chez son ami environ une heure avant le match. Il m’a présenté à son ami, José, et ils m’ont invité à prendre un café. J’ai dit : “J’aimerais bien”.

Nous l’avons pris dans la cour arrière en regardant les joueurs courir dans la cour. Jose’ m’a demandé à quelle fréquence je venais ici et je lui ai répondu environ tous les deux ans. Il m’a dit qu’il était reconnaissant d’avoir eu la chance de me rencontrer. Il ne pouvait pas me quitter des yeux.

Laurent m’a dit : “Jose’ connaît bien le basket.”

“Alors, tu devrais te joindre à nous”, lui ai-je dit.

“Oh, j’adorerais !” a-t-il répondu.

Puis Laurent est allé dans la cuisine et s’est préparé une autre tasse de café. José a rapproché sa chaise de moi et m’a dit : “Mon ami Laurent m’a dit que tu avais une jolie chatte rasée. Je n’ai jamais vu de chatte rasée. J’aimerais manger ta chatte rasée si tu me le permets.”

J’ai souri : “Oh vraiment ? C’est intéressant que Laurent te dise cela. As-tu déjà mangé des chattes ?”

“Oui madame”, a-t-il dit, “manger de la chatte est ce que je préfère”.

J’avais une jupe courte et pas de sous-vêtements, alors j’ai écarté les jambes et j’ai pris sa tête pour la pousser jusqu’à ma chatte.

“Fais-moi une démonstration de la façon dont tu manges bien la chatte”, lui ai-je ordonné.

Tout à coup, j’ai senti cette longue langue dure entrer dans les régions profondes de ma chatte. Elle était chaude et se déplaçait comme un serpent dans les recoins de ma chatte. Elle sortait de temps en temps pour faire allégeance à mon clito, puis elle s’enfonçait à nouveau profondément en moi et trouvait stratégiquement mon point G pour déclencher une décharge d’électricité dans ma chatte.

Il m’a léché pendant dix minutes, me donnant trois orgasmes. Puis Laurent est réapparu avec des cerises à manger et je l’ai laissé me les donner pendant que José continuait à lécher ma chatte à nouveau trempée.

Finalement, j’ai sorti Jose’ de ma chatte et j’ai dit : “Bon, les gars, il faut qu’on y aille. Je ne veux pas rater ce match.”

Jose’ bandait, mais il s’est arrangé et nous nous sommes dirigés vers le terrain de balle.

Il n’y avait pas beaucoup de monde et nous pouvions nous asseoir où nous voulions. Je suis un spectateur du champ droit, alors nous avons trouvé trois places au premier rang, au-dessus de l’abri de touche. J’ai expliqué un peu le jeu à Laurent. José a dit qu’il avait une bonne connaissance du basket puisqu’il avait joué dans la petite ligue.

Puis les joueurs sont entrés sur le terrain et ma chatte s’est remplie de liquide. Ce jeu et les joueurs m’excitaient vraiment. Les équipes étaient les Cats et les Dalmatiens, deux de mes équipes préférées.

C’est vrai que les joueurs sont beaucoup plus amicaux ici. J’ai demandé un autographe à Sal et il s’est approché de moi et m’a dit : “Oh ma jolie, madame, j’adorerais vous donner mon autographe. Et tout ce que ton joli petit corps désire”.

J’ai rougi quand il a fait semblant de faire tomber accidentellement mon stylo et s’est penché pour regarder sous ma jupe courte. Il a ramassé le stylo et a fait courir sa main le long de ma jambe et a touché ma chatte avant de signer mon programme.

“Pourquoi ne me rejoindrais-tu pas après le match pour boire un verre ?”, m’a-t-il demandé.

“J’aimerais bien, si ça ne te dérange pas que mes amis se joignent à nous”, ai-je répondu. “Et peut-être que tu pourrais inviter Michael à se joindre à nous aussi”.

Sal a ri et m’a dit : “Tant que j’ai la primeur sur toi”.

“Tout à fait”, ai-je souri.

Ma chatte a été mouillée pendant toute la durée des quart-temps. Bien sûr, il y a eu de l’aide. Laurent et Jose’ se sont relayés tout au long du match pour me doigter et me toucher les seins. J’ai fait de mon mieux pour compter les points, mais j’avais du mal à me concentrer.

Après le match, Sal est allé parler à Michael et les deux se sont approchés de nous. Sal a dit : “Voici Michael “. Il s’est tourné vers Michael et lui a dit : “Cette jeune femme veut que nous nous joignions à elle pour boire un verre, tu as quelque chose de prévu ?”.

Michael a souri et a dit : “J’aimerais beaucoup me joindre à toi chérie, donne-moi dix minutes pour prendre une douche et on se retrouve.”

“C’est super, je te retrouve ici”, ai-je dit.

Sal a ajouté : “Moi aussi, je serai de retour dans dix minutes.”

Ma chatte devenait humide rien qu’à l’idée de passer du temps avec mes deux héros. Laurent et Jose’ m’ont occupée jusqu’à ce que les joueurs de basket  reviennent.

Sal a été le premier à arriver. Il était douché et rasé et c’était vraiment un bel homme. Ma chatte a commencé à se gorger de jus rien qu’en le regardant. Michael n’était pas loin derrière. Michael a dit : “Pourquoi n’irions-nous pas manger un morceau ? J’ai toujours faim après un match. Et vous pourrez nous parler de vous.”

“Ça a l’air d’être une bonne idée”, ai-je dit, “est-ce qu’on vous suit ?”.

“Non, pourquoi ne pas monter avec Sal et moi, et tes amis pourront nous suivre”, a-t-il dit.

Je me suis sentie chaude à l’intérieur et humide sur les fesses. J’ai regardé Laurent et Jose’ et ils ont dit : “Bien sûr, on va vous suivre, pas de problème”.

Jose’ a dit : “Où penses-tu aller ?”

“Je pensais au sommet du Hyatt”, a répondu Michael.

“D’accord, eh bien, nous vous rejoindrons là-bas alors”, a dit José.

Les joueurs m’ont pris par les mains et m’ont aidé à entrer sur le terrain par-dessus l’abri. Nous avons traversé les vestiaires et sommes sortis par la porte arrière. Michael avait une Mercedes avec chauffeur, elle était grande et spacieuse.

Nous sommes montés tous les trois sur la banquette arrière. Michael lui a dit : “Le sommet du Hyatt, Rob”.

Et nous sommes partis.

Nous avons bavardé des raisons qui me poussaient à venir ici et de mon amour pour le basket. J’ai dit à Michael : “Je me souviens t’avoir vu prononcer le titre de joueur le plus précieux le jour de ton quarantième anniversaire.” Et j’ai dit à Sal : “J’étais si triste quand l’autre a gagné.”

Tout à coup, des mains se sont posées sur moi. Une main explorait ma chatte rasée et deux étaient sur ma poitrine. Sal embrassait mes lèvres et Michael reniflait ma chatte. Tout à coup, j’ai senti sa langue lécher mon clito. Oh, le feu qui a jailli à travers moi.

“Mmmmmm, je pensais que seules tes mains étaient bonnes ; mais tu as une langue géniale !”. J’ai dit à Michael et je me suis abandonnée à lui.

Sal avait enfoncé sa langue dans ma gorge et elle était aussi longue que certaines bites que j’avais sucées. C’était si bon. Mais je voulais de l’action, alors j’ai ouvert le pantalon moulant qu’il portait et j’ai pris son énorme bite dans ma bouche. Je l’ai sucé pendant que Michael me suçait et que Sal léchait mes seins et suçait mes tétons durs.

Je ne sais pas combien de temps tout cela a pris, mais l’instant d’après, le chauffeur m’a dit : “Vous avez besoin d’aide derrière ?”.

Michael a répondu : “Non, Rob, je crois qu’on maîtrise la situation !” et il a recommencé à me baiser avec la langue.

“Dois-je faire quelques fois le tour du pâté de maisons, monsieur ?” Rob demande à Michael, “Nous sommes arrivés au restaurant”.

“Oui, donne-nous encore une dizaine de minutes et nous serons prêts à partir”. Michael lui a dit.

L’instant d’après, Sal a rempli ma bouche de son sperme épais et salé et Michael avait son pénis dans ma chatte, me baisant fort et rapidement. En quelques minutes, ma chatte a explosé avec un orgasme merveilleusement excitant. Sal avait commencé à lécher mon clito et c’est à ce moment-là que Michael a déversé sa semence en moi. Nous avons tous les trois explosé d’extase. Nous avions tous un goût salé et étions épuisés par la luxure que nous avions partagée.

Je pouvais à peine marcher tant mes jambes étaient faibles. Sal était d’un côté et Michael de l’autre et ils m’ont versé dans l’ascenseur. Lorsque nous sommes arrivés au restaurant, Laurent et Jose’ avaient un regard inquiet.

“Nous craignions que tu n’aies eu un accident”, a dit Laurent.

“Désolé, mec”, a répondu Sal, “nous avons eu un problème de lubrification que nous avons dû faire réparer. Mais tout va bien maintenant. Tu nous as trouvé une table ?”

“Oui, j’ai une table pour six, c’est bon ?” dit Jose’.

“Bien sûr mon ami, dit Michael, ça ira très bien. Je suis affamé.”

Nous avons été assis tout de suite dans un coin sombre, à l’écart de la foule. J’étais le centre d’attention et toutes les mains et tous les yeux étaient braqués sur moi. Je ne peux pas dire quelles mains se trouvaient où. Je sais juste que j’ai senti des mains sur mes jambes, ma chatte, mon cou, mes seins et même mes fesses.

Pour ce que j’en sais, certaines de ces mains appartenaient peut-être aux serveurs. J’ai adoré toute cette attention. Et nous nous sommes tous bien amusés. Après le dîner, Michael a suggéré que nous prenions tous une chambre et que nous jouions un peu.

J’ai souri et j’ai dit : “C’est une excellente idée, vous quatre et moi. Je suis prêt !”

Ils ont tous ri. Je suppose qu’ils pensaient que je ne pouvais pas les gérer tous.

“J’ai juste besoin de passer un coup de fil avant d’aller là-haut ; je dois faire savoir à ma mère que je vais bien”, ai-je menti.
Sal m’a dit : “D’accord, on prend la chambre et on t’attend dans le hall”.

“Ça me paraît bien, j’en ai pour une minute”, ai-je dit et je suis allée vers les banques téléphoniques.

J’ai d’abord appelé ma mère et je lui ai dit que je dînais avec quelques amis et des joueurs de basket et que je serais de retour très tard ou très tôt le matin. Je lui ai dit de ne pas m’attendre.

Puis j’ai appelé James. J’avais tellement de choses à lui dire et pas assez de temps pour le faire correctement. Mais j’avais ce réel besoin de le cocufier et il adorerait le plaisir que je prenais.

“Allô ?”, a-t-il répondu au téléphone.

“Hey James, comment ça va ?” lui dis-je.

“Je suis content d’entendre ta voix. Je commençais à m’inquiéter car je n’avais pas eu beaucoup de nouvelles de toi depuis ton arrivée. Est-ce que tu vas bien ?” Il m’a demandé.

“Oh, bébé, je vais très bien ! J’ai passé un moment merveilleux”, lui ai-je dit. “J’ai rencontré ce type dans la salle d’attente de l’aéroport après ton départ l’autre jour et il m’a emmenée dans les toilettes pour hommes et m’a baisée assez mal. Mais il a promis de se rattraper dans l’avion et c’est ce qu’il a fait”, j’ai dit cela beaucoup trop vite et trop excité mais je voulais tout lui dire en peu de temps.

“Vraiment ? C’est super ! Raconte-moi tout”, m’a-t-il supplié.

“Je n’ai pas le temps pour l’instant, mais je vais te dire qu’après que ce type soit parti aux toilettes de l’avion, où nous allions baiser qu’un des hommes du personnel de bord s’est approché de moi. Il voulait faire ma connaissance. Il m’a dit qu’il avait une couche ici et m’a donné son numéro.”

“Wow ! Ça a l’air excitant !” a-t-il dit et je voyais bien qu’il souriait.

J’ai continué : “Je suis aussi sortie avec lui. Il a un ami qui aime lécher les chattes et il s’est aussi joint à nous.” Je voulais lui raconter tous les détails mais j’entendais le tic-tac de l’horloge.

“Enfin, j’ai rencontré mes deux joueurs préférés au match d’aujourd’hui et après avoir dîné avec moi dans la limousine, ils m’ont emmenée avec les gars au restaurant où j’ai eu toute cette attention.” Je me suis mise à parler plus vite.

“Ils viennent d’aller prendre une chambre et je voulais que tu te branles en sachant que je suis ici en train de me faire royalement baiser, sucer et lécher par quatre beaux hommes. J’aimerais que tu sois là pour regarder et me nettoyer.” Je fais la moue.
“Bon sang, comment fais-tu pour être à la hauteur de tous ces hommes ?” Il rit.

“Je ne le suis pas”, dis-je en riant. “Mais tout est dans ma tête et je te raconterai tous les détails glorieux de cette aventure quand je rentrerai à la maison”, ai-je promis.

“Je bande rien qu’en pensant à toutes ces bites qui trouvent leur chemin dans ton corps”, a-t-il dit et je pouvais imaginer le sourire sur son visage et les plis au bord de ses yeux.

“Bien, j’aime ça ! Et je te verrai dans quelques jours. Il faut que j’y aille ils m’attendent. Bonne nuit ma chère salope! Amuse-toi à penser à ces quatre grosses bites dans ma chatte, ma bouche, mon cul, et même entre mes seins et partout où ils inventeront de les mettre. J’aimerais bien te voir sucer l’une d’entre elles”, dis-je alors qu’un de mes fantasmes préférés traverse mes pensées.

“Bonne nuit, madame, et passez une bonne soirée. Ne sois pas surprise de sentir ma main dans la tienne”, m’a-t-il assuré. Et j’ai raccroché le téléphone. J’étais heureuse de savoir que je l’avais cocufié et qu’il fantasmerait sur les hommes qui me feraient plaisir.

Je souriais quand j’ai retrouvé les gars qui faisaient les cent pas depuis dix minutes. “Désolé les gars, vous connaissez les mères, elles s’inquiètent et ont besoin d’être rassurées”.

Ils ont ri et ont dit à l’unisson : “Ouais, on sait !”

Deux m’ont rejoint de chaque côté et nous sommes tous entrés dans l’ascenseur pour monter au treizième étage.

La suite comportait deux grands lits et les gars les ont poussés l’un contre l’autre. Puis ils m’ont attrapé, m’ont presque arraché mes vêtements et m’ont jeté au milieu des lits.

Je suis resté allongé et j’ai regardé les quatre arracher leurs propres vêtements. J’ai eu l’impression qu’ils avaient dû se mettre d’accord sur qui devait faire quoi en premier pendant que j’étais au téléphone. Ils ont chacun pris une position différente en s’installant sur le lit.

José s’est mis sur mon côté gauche, juste au niveau de mon clito, Laurent s’est placé à côté de ma tête sur le côté droit ; Sal m’a tournée sur le côté et Michael était entre mes jambes. Et comme sur une file d’attente, chacun a commencé à sucer, lécher, baiser ou se faire sucer.

Laurent a placé son épais pénis dans ma bouche et j’ai sucé avidement la tête et une bonne partie de la tige. Mon clito s’est dressé tandis que la langue de José l’attaquait. Sal me baisait les fesses et la longue tige de Michael glissait dans et hors de ma chatte humide. Ils n’avaient aucune idée de la merveilleuse sensation que je ressentais. Mon esprit souriait et mon corps se réjouissait.

Je ne sais pas combien de temps ils m’ont fait jouir dans ces positions, mais ils ont pris chacun leur tour dans toutes les positions possibles. J’ai eu des pénis dans tous mes orifices et des langues dans tous aussi. J’avais quatre bites différentes dans ma bouche, au moins trois dans mon cul et quatre dans ma chatte très trempée et étirée. J’avais des doigts dans ma chatte et dans mon cul et des langues sur mes seins et dans ma chatte.

À un moment donné, quatre langues léchaient mon clito en même temps. C’était le moment le plus sexy que j’aie jamais vécu. J’ai même vu Jose’ faire une pipe à Sal et j’ai joué avec mon clito en les regardant, pendant que Michael me suçait les seins et que Laurent m’enculait.

Je ne peux pas te dire combien d’orgasmes j’ai eus ni combien de sperme j’ai consommé par voie orale et vaginale. Mais je peux te dire que je me suis endormie avec quatre hommes complètement épuisés qui se sont endormis sur différentes parties de mon corps. Nous avons tous dormi comme des bébés.

Quelque part dans la nuit, José s’est réveillé, et il devait être encore excité parce qu’il s’est glissé entre mes jambes et a commencé à engloutir tout leur sperme qui suintait de moi. J’ai souri et j’ai pensé à James.

Quand il a eu fini, j’ai attrapé ma culotte et je l’ai enfilée. Je voulais attraper le reste de leur sperme pour James. Ainsi, il pourrait au moins sentir leur essence. Puis je suis tombée dans un sommeil sans rêve.

José m’a réveillée. Il léchait mes seins et suçait mes tétons. J’ai senti quelqu’un entre mes jambes et j’ai ouvert les yeux. C’était Sal. Il n’avait même pas enlevé la culotte, il avait juste tiré le croupion sur le côté. Il n’avait pas l’endurance de la veille, mais il me donnait tout ce qu’il avait.

Michael et Laurent dormaient encore. Leurs bites étaient en berne. Tu sais comment sont les bites du matin et elles tressaillaient un peu. J’ai souri. Ils étaient allongés l’un sur l’autre de façon un peu désordonnée.

Sal n’a pas mis longtemps à jouir. Il s’est détaché de moi et est tombé dans une sorte de sommeil crépusculaire, ses besoins satisfaits. Je pense que José s’est endormi lui aussi, car il a arrêté de me sucer.

Je me suis glissée hors des lits aussi facilement que possible. Je ne voulais réveiller aucun des dragons qui glissaient. Je suis allée dans la salle de bains, j’ai fait pipi et j’ai pris une douche. J’ai lavé mes cheveux, qui contenaient même du sperme, et l’extérieur de mon corps. J’ai essayé très fort de ne pas

J’ai essayé de ne pas perdre le sperme du gars qui était dans ma chatte. Je voulais vraiment attraper tout ça dans ma culotte pour James.

Rafraîchie, j’ai demandé à ce que trois cafés chauds, deux douzaines d’œufs, douze toasts et deux livres de bacon soient livrés dans la chambre.

J’ai trouvé une brosse à dents et une pâte complémentaires et je me suis brossé les dents. J’ai sorti une brosse de mon sac à main et j’ai enlevé quelques nœuds de mes cheveux. Je me sentais mieux maintenant que j’étais un peu propre.

Les gars commençaient à s’agiter quand le repas est arrivé et je pense que l’odeur du café les a ramenés à la vie.

“Mmmmmm, ça sent bon”, dit Sal en souriant.

“Je suis affamé”, dit Laurent en baillant.

“J’ai l’impression de ne pas avoir mangé depuis une semaine”, dit José

Ce à quoi j’ai rétorqué “Tu viens de finir de me manger !” et nous avons ri.

Michael a finalement ouvert les yeux et ses premiers mots ont été : “Du café, fort, noir, S’IL VOUS PLAÎT !”.

Tout le monde avait survécu à l’orgie et nos estomacs le prouvaient.

Nous avons mangé en parlant peu et lorsque nos ventres ont été remplis, les gars m’ont regardée avec avidité.

“Oh non, vous n’en avez pas eu assez hier soir”, dis-je en riant !

“Encore un avant de devoir affronter la lumière du jour”, a supplié Laurent avec des yeux de chien battu.

“Je ne vais pas pouvoir sortir de sa chambre si vous me baisez encore trop”. J’ai dit.

“S’il vous plaît !”, ont-ils crié à l’unisson.

“D’accord, encore une fois chacun et ensuite nous devons partir”, ai-je cédé.

Ils ont souri et se sont blottis ; je suppose que c’était pour décider qui avait quelle position.

Sal a eu la chatte cette fois, le pénis de José était dans ma bouche et Michel avait le clitoris, tandis que Laurent avait les fesses. J’étais complètement couverte et hermétiquement fermée. Ils ont baisé et léché et j’ai sucé et convulsé pendant encore une heure, puis nous sommes tous tombés mollement.

Les gars se sont levés l’un après l’autre, m’ont embrassée et ont pris une douche. J’ai tiré sur ma culotte pour pouvoir attraper plus de sperme. Je le sentais couler de moi et je pouvais sentir son odeur âcre. Cela m’a fait sourire.

Lorsque chaque homme se levait pour aller aux toilettes, il m’embrassait et me remerciait pour le plaisir qu’ils avaient reçu. Je me sentais comme une reine. Et ma chatte se réjouissait.

Quand le dernier est parti à la douche, je me suis levée et habillée. J’ai bu une autre tasse de café. Quand tout le monde a été habillé et rafraîchi, nous sommes sortis de la chambre, bras dessus, bras dessous.

Nous avions tous le sourire aux lèvres et les autres locataires nous regardaient avec de l’émerveillement dans les yeux. Certains d’entre eux ont même reconnu les joueurs de basket et ont demandé des autographes.

Sal et Michael m’ont embrassé pour me dire au revoir alors que je montais dans la voiture de José.

“La prochaine fois que tu seras en ville, passe me voir”, m’a dit Michael.

“Et si jamais tu vas à Chicago, utilise mon nom pour entrer dans le match et nous irons dîner après”, a dit Sal.

Je les ai embrassés pour leur dire au revoir et les ai remerciés pour ce merveilleux moment. Puis je suis parti en voiture avec Laurent et Jose’.

Jose’ m’a dit : “Je suis content de t’avoir rencontrée ; tu es une amante merveilleuse et ta chatte est si douce même quand elle est remplie du sperme des hommes.”

J’ai ri et je l’ai remercié pour sa tentative de compliment.

Laurent a demandé : “Tu prends le vol de retour pour la Louisiane demain ?”

“Oui, je le suis”, lui ai-je dit.

“Peut-être pourrions-nous nous retrouver pour le petit déjeuner au terminal ?” a-t-il demandé.

“Ce serait bien”, ai-je accepté.

Ils m’ont déposé chez ma mère et je les ai embrassés pour leur dire au revoir.

Je suis entré et ma mère et son amie étaient assises pour le déjeuner. “Tu arrives juste à temps, tu as faim ?” m’a-t-elle demandé.

Même si j’avais mangé environ deux heures auparavant, j’avais effectivement très faim. J’ai dû brûler beaucoup de calories en faisant l’amour.

“Oui”, ai-je dit, “j’ai faim”.
Je me suis assis et j’ai mangé avec eux. Ils m’ont posé des questions sur le match, mais pas sur la raison pour laquelle j’étais restée dehors toute la nuit. Ma mère me connaît suffisamment pour connaître la réponse à cette question. Nous avons visité le reste de la journée et ce fut une visite agréable.

En début de soirée, le téléphone a sonné et c’était Ryan.

“Bonjour”, ai-je dit, “comment vas-tu ?”

“Je vais bien”, a-t-il répondu. “Je me demandais si tu étais occupé ce soir ?”

“Je dois faire mes valises, je pars demain pour la maison”, lui ai-je dit.

“Serait-il possible que nous nous retrouvions juste un peu avant ton départ ?” m’a-t-il demandé. “J’ai tellement apprécié ta présence l’autre soir”.

J’ai souri en pensant à la merveilleuse baise qu’il m’avait donnée et j’ai dit : “Wow, c’est une demande que je ne peux pas refuser. Laisse-moi faire mes valises et je t’appelle dans une demi-heure.”

“Ça tombe bien pour moi ; j’attendrai en retenant mon souffle”, a-t-il dit en riant.

“D’accord, je te parlerai bientôt”, lui ai-je dit et j’ai raccroché le téléphone. Je suis retournée dans la chambre et j’ai eu du mal à faire mes valises car ma chatte était tellement excitée que j’ai dû me masturber pour la calmer.

Ma main est descendue entre mes jambes pour toucher ma chatte humide. J’ai senti que je devais me masturber pour la calmer.

Je suis allée jusqu’à la porte et je l’ai fermée à clé, juste pour être sûre. Il ne faudrait pas que ma mère me surprenne.

Je me suis allongée sur le lit et j’ai frotté mon clito pour le stimuler et j’ai utilisé mon autre main pour me baiser avec les doigts. J’ai imaginé qu’une grosse bite me baisait durement et furieusement. Mes hanches se déplaçaient vers l’avant pour profiter pleinement du plaisir que je me donnais et je ne pouvais pas m’empêcher de gémir doucement.

Je devais me taire pour que ma mère n’entende pas mes gémissements. Je voulais sentir une vraie bite dans ma chatte chaude et humide. J’ai commencé à frotter et à pomper mes doigts plus rapidement. Mes jambes ont commencé à trembler.

J’ai roulé sur moi-même et mon clito s’est tendu vers mes doigts diligents. Je l’ai frottée rapidement et j’ai fait monter et descendre mes hanches. J’ai enfoncé mes doigts dans ma chatte et j’ai gémi. Mon corps a commencé à se convulser, mes jambes ont commencé à trembler et ma chatte s’est remplie de plus de jus. Ma respiration s’est accélérée et mes seins sont devenus durs.

J’ai tendu la main vers mes seins et j’ai pressé doucement mon téton gauche. Il s’est dirigé vers ma chatte. Instantanément, j’ai senti le plaisir dans mon clito et j’ai senti un flot de lave chaude couler le long de mon ventre, à travers ma boîte chaude et sur mes jambes. L’orgasme explosait et mon corps se réjouissait de l’extase.

Je suis restée allongée un moment à savourer mon plaisir, mes doigts touchant toujours mon clitoris palpitant. Puis j’ai mis mes doigts dans ma bouche et j’ai léché les jus savoureux.

Quand j’ai eu fini de faire mes valises, je l’ai rappelé et il est arrivé dans les dix minutes qui ont suivi.

J’ai embrassé ma mère et Alex pour leur dire au revoir et j’ai promis de les appeler quand je rentrerais à la maison et que je reviendrais bientôt.

Je suis montée dans la voiture de Ryan et sa main s’est immédiatement portée sur ma chatte humide. ” Je n’ai pensé qu’à toi depuis l’autre jour. Ma bite a envie de toi “, a-t-il chuchoté comme s’il avait peur que ma mère l’entende.

” Mmmmmm, tu me fais mouiller en parlant comme ça “, lui ai-je dit.

Il s’est approché, a mis sa main sous ma jupe et a vérifié l’humidité de ma chatte. Il a fait un demi-pâté de maisons, a garé la voiture près d’un terrain vague et s’est allongé sur moi.

Je me suis penchée en arrière et j’ai écarté les jambes pour lui donner toute la place dont il aurait besoin pour me donner le plaisir qu’il m’avait donné plus tôt. Il a léché mon clito jusqu’à ce qu’il soit dur et qu’il palpite pour attirer l’attention, puis il a enfoncé sa langue entre mes lèvres et m’a baisée pendant environ cinq minutes. Puis il s’est assis, a démarré la voiture et est parti.

Je l’ai regardé et je lui ai dit : “Qu’est-ce que tu fais ? Tu me faisais juste commencer ? Tu ne peux pas t’arrêter maintenant !”

“Oh si, je peux ; je veux que cette chatte crie pour moi avant qu’on arrive à l’hôtel”, m’a-t-il taquiné.

“Tu es méchant !” Je me suis écriée.

“Oui, et méchante aussi, et tu aimes ça, n’est-ce pas ?” a-t-il demandé.

“Oh ouais, mais vas-y vite ! Sinon, tu vas entrer dans cet hôtel sans pantalon”, dis-je en riant.

Il a garé la voiture et nous avons couru jusqu’à l’ascenseur. Il n’y avait personne dedans et quand nous sommes arrivés à son étage, nous nous étions presque arraché nos vêtements.

Il a tâtonné avec la carte pour ouvrir la porte et l’a laissée tomber par terre. J’ai tendu la main pour l’attraper et il m’a enfoncé son pénis en pleine croissance dans les fesses.

J’ai finalement réussi à ouvrir la porte et il avait arraché sa chemise. Il était en train de travailler sur son pantalon, son pénis dépassant déjà de la fermeture éclair.

Je suis tombée à genoux et j’ai pris sa bite dans ma bouche. Une fois qu’il a retiré son pantalon, il m’a jeté sur le lit. Il a pris son pénis palpitant et l’a enfoncé profondément dans ma chatte en attente. Elle était tellement mouillée que sa bite est sortie tout de suite.

Je ne pouvais pas avoir ça, alors j’ai poussé mes hanches vers lui et j’ai forcé son pénis à revenir dans ma chatte. Il s’est précipité vers moi avec une puissance supérieure à celle de notre accouplement précédent.

Il s’est enfoncé si profondément que j’ai senti la pression dans mon dos. Puis j’ai senti son merveilleux rythme. Il est monté très haut, puis s’est enfoncé dans ma chatte. Il a touché chaque nerf de mon être.

J’ai immédiatement convulsé, mais ce n’était pas un orgasme. Non, c’était mon corps qui essayait de l’absorber tout entier. Elle voulait aspirer en elle cette bite fascinante et la garder comme sienne. Mon corps répondait à chacun de ses contacts, à chacun de ses mouvements et à chacun de ses baisers.

Au bout de quinze minutes, la première explosion a eu lieu, comme il l’avait prévu. Mon corps entier a tremblé, mon cœur a battu la chamade. Et son sperme a débordé alors qu’il me pompait plein de sa virilité.

Mais il ne s’est pas arrêté pour se reposer. Il n’a même pas ralenti. Il m’a fait rouler sur lui. Je n’avais pas la force de bouger suffisamment pour donner du plaisir à l’un ou à l’autre.

Il m’a maintenue et a fait monter et descendre mon corps affaibli sur son pénis encore dur. Il avait assez de force pour me soutenir et me faire bouger assez longtemps pour qu’il puisse cracher plus de son jus en moi et me donner deux autres orgasmes.

Puis, totalement épuisé, il m’a fait rouler et m’a allongée en position d’aigle. Il a pris sa longue langue humide et a tapoté ma chatte pour faire ressortir mon clito. Pendant les quarante-cinq minutes suivantes, il m’a baisée avec sa langue, me donnant deux autres orgasmes et faisant chanter mon clito.

J’étais une poupée de chiffon entre ses mains.

Il s’est finalement allongé à côté de moi et m’a dit : “S’il te plaît, ne pars pas. Je veux te faire l’amour comme ça pour le reste de ma vie.”

J’ai pris une grande inspiration pour pouvoir parler et j’ai dit : “J’aimerais ça tous les jours pour le reste de ma vie, mais j’ai quelqu’un qui m’attend à la maison. Il serait déçu si je n’étais pas là demain. Pourquoi ne viendrais-tu pas en Louisiane pour t’occuper de moi ?”

“Ah oui, pour que ton homme puisse me tuer ?” demande-t-il.

“Non, il t’accueillerait chez nous”, lui ai-je dit, “honnêtement”.

Je me suis assise et je lui ai parlé de la relation entre James et moi et du petit pénis de James. Je lui ai dit qu’il ne pourrait jamais me satisfaire. Je lui ai dit que James aimait voir d’autres hommes me donner du plaisir.

“J’ai cherché un homme avec un talent comme le tien. Je détesterais ne plus jamais sentir ton énorme outil en moi”, ai-je dit honnêtement en le regardant d’un air timide.

Il a souri : “Tu ne te moques pas de moi, n’est-ce pas ?”

“Non, s’il te plaît, viens être mon Taureau, j’ai besoin de ce que tu me donnes”, lui ai-je dit.

Il s’est levé du lit et a commencé à faire ses valises. Je l’ai regardé, confuse.

“Eh bien, le vol part dans six heures, il faut que tu sois là à temps”, a-t-il souri.

Je me suis levée d’un bond et je l’ai serré dans mes bras. “Il faut que j’appelle James pour lui annoncer la grande nouvelle !”

J’ai pris le téléphone et j’ai composé le numéro. James a répondu à la deuxième sonnerie. “Allô ?” A-t-il dit.

“Bonjour, James, comment vas-tu aujourd’hui ?” J’ai demandé.

“Bonjour, je vais bien maintenant”, a-t-il répondu. “Tu rentres bientôt à la maison ? Tu me manques.”

J’ai souri. “Eh bien, tu t’assois ?” J’ai demandé.
“Oh tu dois avoir quelque chose de bien ou d’inattendu à me dire”, a-t-il dit, et je pouvais entendre son sourire.

“Oui, je voulais juste te dire que je ramène un taureau à la maison”, ai-je dit avec enthousiasme.

“OUI !” Je pouvais presque voir son poing s’élever dans les airs.

“On se voit demain matin ; il s’appelle Ryan”. Je lui ai dit.

“Bien, je vais préparer les choses”, il souriait, je le voyais bien.

“Au revoir, je vois ton petit sauter de joie” et j’ai raccroché le téléphone.

Ryan avait l’air un peu pâle. Je l’ai rassuré en lui disant que tout allait bien et il l’a accepté autant qu’il le pouvait. Il a récupéré sa valise de suite et nous nous sommes dirigés vers l’aéroport.

C’était il y a trois ans et je profite encore de son énorme pénis qui pénètre ma tendre chatte.

Préférence de la coquine : masturbation vaginal et avaler sperme
Endroit de préférence pour le sexe : dans un coin de la piscine
Pour me détendre, j’adore chatter sur le net. Cela fait du bien de discuter avec des personnes que l’on connait pas car on peut dire tout et n’importe quoi.