Elle s’appelle Sandrine. Elle a de longues jambes et des hanches galbées, ainsi qu’une poitrine naturelle et généreuse. Elle te donne l’impression de danser juste pour toi.

Cela fait environ une heure que je regarde, que j’apprécie les images et les sensations fortes. Mon mari est assis à côté de moi et me rappelle la routine typique de la façon dont les choses “fonctionnent” dans un club de strip-tease. Puis, apparemment sortie de nulle part, elle est montée sur scène. Mon dos se cambre, mes seins se soulèvent… instantanément, je suis mouillée. Comment a-t-elle pu me faire ça ? Je murmure à Théo : “Elle. Je la veux.” Il m’encourage à monter et à m’asseoir sur la scène, là où je peux avoir la meilleure vue. La vue la plus proche. Il me tend de nombreux billets.

“Je ne sais pas. Je suis nerveuse. Où dois-je mettre les euros, je lui demande ?”

“Tu peux les mettre dans son string”, instruit-il du haut de son expérience évidente.

J’hésite. Je perds du temps car chaque strip-teaseuse n’est sur scène que pour deux chansons à la fois. Alors, je bois une gorgée de bière de “renforcement” et je respire profondément tout en avançant. Je m’installe, je pose mon sac à main sur la petite table en forme de bar devant moi et je bois une autre lampée. Pourquoi suis-je si nerveuse ? Je suis déjà allée une ou deux fois dans un club de strip-tease avec Théo. Nous avons trouvé que c’était des préliminaires érotiques et nous avions hâte de rentrer à la maison. Ces premières expériences ont débouché sur des relations sexuelles fantastiques et c’est pourquoi nous voulions absolument les répéter. Mais ce soir, c’est étrangement différent. Parce que… elle est là, Sandrine est là. Bon sang, elle est magnifique.

Sandrine me voit et m’adresse un sourire céleste. Je me mets à fondre. Elle est à quatre pattes, se tortille lentement, se frotte pour que tout le monde puisse en profiter, en parfaite harmonie avec le rythme sensuel de la musique. Je suis parfaitement heureuse que le DJ ait choisi une mélodie plus lente pour qu’elle puisse danser sur ce set. Je me rends compte qu’elle rampe vers moi. Oh mon dieu, mon cœur s’emballe et je mouille encore plus, trempant ma nouvelle culotte en dentelle noire. Sandrine n’est plus qu’à un mètre de moi. Je me dis que si je me penche un peu, de façon à ce que mes seins s’appuient sur la barre de métal qui entoure la scène, je pourrais toucher sa chair. Je réalise, avec une étincelle, que je VEUX sentir à quel point elle est douce ; mais, bien sûr, je ne le fais pas. Je suis trop timide, pourquoi suis-je si timide ? Je ne suis jamais aussi timide dans ma “vie de tous les jours”, mais elle me déconcerte.

Je me tourne à nouveau vers Théo et je souris. J’ai besoin qu’il me soutienne moralement. Il le fait en souriant à son tour. Non, en fait, il me fait un sourire en coin, s’amusant de mon malaise. Il boit une gorgée de sa bière pour cacher son petit rire à venir. Théo ne me connaît que trop bien et sait à quel point je suis nerveuse, mais aussi étrangement excitée. Il m’a regardé avec amour changer de sous-vêtements et de vêtements plusieurs fois avant de se décider pour l’un d’entre eux, mon choix final à la maison. Il me fait un signe de la main avec désinvolture, me disant de continuer et de profiter des images, des sons, des odeurs et peut-être même du toucher. Je me retourne.

Sandrine est juste là. Elle se retourne lentement, les jambes écartées, et commence à s’arrondir. Elle est à quelques centimètres de moi et je peux même sentir son arôme musqué et sucré. Elle travaille dur et sa peau brille de sueur. Ma main tremble lorsque je la soulève pour placer quelques euros à côté de la chair de ses cuisses. J’effleure la peau et je soupire en constatant sa douceur veloutée.

Un autre sourire se dessine sur ses lèvres, si sincère et authentique. Sandrine bouge son corps avec une telle élégance que c’en est hypnotisant. Je ne me souviens même pas qu’elle ait bougé et je dois maintenant secouer un peu la tête pour l’éclaircir parce qu’elle attend que je réponde. Elle m’a posé une question. Sandrine se rend compte que je ne l’ai pas entendue et répète : “J’aime bien ton sac à main”. Des paroles de filles. Simple, facile. Pas de pression, alors pourquoi ne puis-je pas répondre ?

Je fais un rapide sourire et je déglutis avant de répondre : “Merci”. Rien d’autre ne sort. Vraiment, c’est tout ce que j’ai ? Je respire profondément et place lentement quelques euros dans son string, autour de sa hanche. Ses yeux tombent et se posent sur mon décolleté, que je suis maintenant contente d’avoir volontairement exhibé. Elle bouge encore, change, se déplace… Je remarque une petite tache de rousseur sur sa poitrine. Pour une raison étrange, cela la rend plus réelle à mes yeux. Ma poitrine se trouve juste au niveau de la barre de la barrière métallique et sa main s’y trouve maintenant aussi. Elle lève les sourcils et me regarde profondément comme si elle me demandait : “Puis-je ?”.

Je rougis mais soulève légèrement mes seins pour qu’ils soient à sa portée et elle les touche, les presse même. Je suis traversée par l’électricité et mes orteils en sortent. Je soupire et elle recommence. Cette fois, elle caresse doucement mon épaule et mon bras tout en maintenant sa main sur la mienne pendant quelques secondes de plus. De brefs instants, mais ils sont puissants, merveilleux. Sandrine se retourne à nouveau, mais lorsqu’elle retire sa main, on dirait qu’elle fait glisser son doigt sur ma bague, mon alliance. Elle se déplace vers le client près de moi, toujours souriante tout en semblant toujours connectée à moi à travers son regard, bien que moins direct.

Je me lève et me dirige rêveusement vers Théo en me glissant dans un fauteuil pivotant rétro. Il me sourit et me demande si je m’amuse bien. J’ai à peine commencé à répondre que je sens sa présence, sa chaleur à côté de moi. Elle se penche sur moi mais regarde Théo et lui demande si elle peut me faire une lap dance privée. Il acquiesce avec empressement. Sandrine prend nos mains, une dans chacune des siennes, et nous conduit dans une arrière-salle.

En entrant dans l’arrière-salle, elle nous guide vers ces causeuses de fortune avec de petites cloisons en bois entre chacune d’elles. Sandrine me pousse doucement dans les coussins moelleux de l’une d’elles et fait signe à Théo de s’asseoir sur un autre siège perpendiculaire au nôtre, pour avoir une bonne vue. Elle enfourche ensuite ses longues jambes toniques au-dessus de moi, s’asseyant sur mes cuisses. Je frissonne légèrement. Mes mains s’agrippent aux coussins. Je suis tellement mouillée que je la sens monter entre mes jambes.

La musique s’intensifie tandis qu’elle approche son corps du mien, à moins d’un centimètre. Je peux sentir la chaleur qui émane de sa peau. Elle se penche vers moi et me chuchote : “Ce n’est pas grave si tu me touches. Ça ne les dérange pas que les femmes se touchent.” Je pose ma main sur sa cuisse et remonte lentement le long de sa hanche pour la poser sur sa taille. Sandrine est si lisse et pleine de courbes pulpeuses et maintenant je mouille encore plus. Comment pourrais-je être encore plus humide ? Je m’enfonce encore plus dans les coussins, de sorte que je suis presque couchée à plat comme sur un lit. Sandrine se déplace au-dessus de moi, se frottant à moi tout en imitant les mouvements de mes mains sur mon corps.

Elle a son visage en face du mien, nos yeux se croisent tandis que ses cheveux tombent et caressent ma joue. Je peux sentir son souffle chaud en la regardant se lécher les lèvres. Elles sont pleines et pulpeuses, avec un rouge à lèvres rose pailleté qui les fait briller. Mon cœur s’emballe et je suis fascinée par sa bouche. Je sursaute en la sentant caresser mes seins. Elle les pétrit et les presse lentement. J’étais déchirée par tant de sensations quand c’est arrivé. Sa bouche est sur la mienne. Le baiser est d’abord délicat, puis j’entrouvre les lèvres et sa langue touche la mienne. Ce baiser doux et sucré était incroyablement chaud et humide. Ma réponse est profonde, je l’embrasse plus fort et avec urgence. Son corps n’a pas cessé de bouger. Elle décrit des cercles lents tout en se pressant contre mon corps.

Je me rends compte que je ronronne avec ce son érotique de pur plaisir. L’intensité monte en même temps que je ressens cette sensation intense qui précède un orgasme au plus profond de tes reins. Je sais que je n’atteindrai pas l’orgasme, mais cette sensation écrasante m’enveloppe et me consume. Elle regarde mon âme de ses yeux verts. Lentement, elle se sépare, la chanson se termine et je la sens s’éloigner. Je ne veux pas que cela se termine et elle le sent aussi, pressant un peu plus son corps entier contre le mien tout en me demandant : “C’était bon pour toi ?” Je hoche la tête pour acquiescer, ma voix m’a à nouveau quittée. Elle se tourne vers Théo et lui adresse un large sourire.

Il se lève pour la payer et j’observe leur bref échange verbal. Je suis bloquée, incapable de bouger comme si je flottais au-dessus de moi-même. Sandrine dérive de la pièce et il s’avance vers moi. Théo me tend la main pour m’aider à me mettre debout. Mes jambes sont comme de la gelée. Je m’agrippe à lui et me stabilise dans son cadre solide. Je trouve ma voix et lui demande : “Tu l’as vue m’embrasser ?”

“Quoi ?! Non ! Ses cheveux ont dû me cacher la vue. Putain, j’aurais adoré voir ça !” Il secoue la tête dans un désarroi évident.

Je me suis hissée sur la pointe des pieds, j’ai placé mes bras dans son cou et j’ai murmuré : ” S’il te plaît, ramène-moi à la maison et baise-moi jusqu’au matin ? “Nous avons franchi la porte en moins d’une minute…

Préférence de la coquine : sodomie et striptease coquin
Endroit de préférence pour le sexe : sous la douche
Ce qui me plait le plus, c’est de faire connaissances avec pleins d’hommes pour étoffer mon petit carnet de contact. Vous voulez en faire partie ? Dites-le moi !