Ma petite amie, Fabienne, et moi sommes toutes deux originaires du bordelais. Nous sommes toutes les deux allées à Bordeaux pour l’université. Nous nous sommes rencontrées un dimanche, au début de notre dernière année d’études, au théâtre. Nous nous sommes retrouvés assis l’un à côté de l’autre. Après le récital, nous avons discuté un peu, décidé de prendre un café ensemble et découvert que nous avions beaucoup d’intérêts communs. Nous avons commencé à sortir ensemble, avons obtenu notre diplôme au printemps suivant et avons décidé de vivre ensemble. Trois ans plus tard, nous sommes tous les deux bien établis dans nos carrières et dans notre relation. Sa mère nous a gentiment poussés vers le mariage et, l’éléphant dans la pièce, les petits-enfants. Nous en avons parlé, mais nous n’en sommes pas encore là.

L’un de nos centres d’intérêt communs est la randonnée et l’escalade. Ce week-end de trois jours, nous nous rendons au terrain de camping. Nous avons monté le camp, dîné et nous sommes couchés peu après la tombée de la nuit afin d’être bien reposés pour la randonnée du lendemain. C’est du moins ce que nous avions convenu.

Même si nous étions à la mi-août, il peut faire frais, alors nous avions des sacs de couchage d’été assortis qui se zippaient l’un l’autre, sur des matelas de camping autogonflants. Je me suis déshabillé jusqu’à mon caleçon et Fabienne jusqu’à sa culotte. Nous avons grimpé dans les sacs et elle s’est retournée pour se blottir contre moi. Le fait de sentir ses seins contre ma poitrine a eu l’effet que l’on connaît. J’ai tout de suite bandé, et même avec mon caleçon, elle n’a pas pu le rater.

“Frank, nous étions d’accord pour simplement dormir ce soir, afin d’être bien reposés pour demain”.

“Tu devrais savoir maintenant comment ma bite réagit quand tu te blottis comme ça. Il est peut-être dur mais tu sais maintenant que je peux me contrôler quand c’est nécessaire”.

“Je sais mon chéri, mais il y a des gens juste à côté de nous. Tu devrais peut-être te tourner de l’autre côté. Au moins, ta bite pointera alors loin de moi. Sinon, j’aurai envie de….et peut-être que demain nous n’aurons plus de voisins.”

Le camping à notre droite était occupé par un couple de notre âge. Ils semblaient s’être retirés tôt eux aussi. En réalité, les emplacements de camping étaient proches les uns des autres et nous n’étions vraiment séparés que par deux fines couches de toile de tente. Comme nous étions le dernier emplacement de la rangée, il n’y avait rien d’autre que des arbres à notre gauche. Cependant, comme c’est l’été, il n’y avait aucune chance que l’emplacement à côté de nous soit vide demain. Mais bon… Fabienne aimait le sexe autant que moi, alors je savais que nous nous rattraperions un jour ou l’autre. J’ai roulé sur l’autre côté et nous avons comblé l’écart entre nous. Je pouvais sentir les seins de Fabienne contre mon dos.

Se coucher aussi tôt et la sentir contre moi n’était pas propice à l’endormissement. Ma queue n’avait pas non plus l’intention de se calmer pour l’instant. De toute évidence, c’était aussi le cas de Fabienne, car je la sentais se déplacer contre moi. La soirée allait être longue. Parfois, la vie prend une tournure inattendue. Nos voisins n’avaient pas les mêmes réserves sur la proximité de nos emplacements.

“Juste là, Sam. Pas seulement tes doigts. J’ai besoin de ta bouche.” Nous pouvions entendre des bruissements de matériaux. “Tu le fais si bien. Concentre-toi sur mon clito.” Plus fort cette fois.

Je me suis retourné pour faire face à Fabienne. Elle a chuchoté : “Frank, ils sont….”.

“Je sais. Et ils ne sont pas très discrets à ce sujet.”

“Oh Sam ! Plus fort, plus vite, suce-moi. Oh ! Oh ! Je suis proche, Sam. Si près du but. Ah ! Ah ! Ah ! Ahhhhh !” Cette dernière était assez forte pour être entendue à plusieurs sites de distance. Puis le silence s’est installé. Fabienne était en train de me caresser. De la tente voisine, nous avons entendu : “Tu veux une pipe Sam, ou tu veux faire l’amour ?”.

“Tu as le choix, Gail. Les deux sont merveilleux avec toi.”

“Frank, il te ressemble”.

“Eh bien, tu sais que je ressens la même chose pour toi que ce qu’il ressent pour Gail”.

“Sam, laisse-moi me repositionner. C’est parti pour une fellation.”

Fabienne avait maintenant perdu toutes les inhibitions qu’elle avait pu avoir. Elle a ouvert les sacs et a murmuré : “S’ils peuvent le faire, nous aussi. Mais je ne veux vraiment pas que tout le monde le sache. Tu penses que tu peux être silencieux quand tu vas éjaculer ?”

“Bien sûr. Au moins, j’essaierai.”

Elle s’est baissée et m’a pris dans sa bouche. Nous étions ensemble depuis suffisamment longtemps pour qu’elle sache exactement ce que j’aime. Le plus beau dans ses fellations, c’est qu’elle était enthousiaste et ça se voyait. Je n’étais jamais déçu.

Pendant ce temps, à côté, ils ne se retenaient décidément pas. “Oh, Gail ! Tu es si bonne !” Comme Gail avant lui, “Oh ! Oh ! Oh ! Gail, je suis si proche. J’arrive ! J’arrive ! Ah ! Comingggg !”

Promettre d’être silencieux, et l’être réellement, allait être difficile. Je me suis agrippé au sac de couchage d’une main et j’ai couvert ma bouche de l’autre. “Oh, Fabienne, c’est tellement bon, marmonnai-je à travers ma main. Je suis….” Mais elle savait et j’ai joui.

Le silence règne à côté. Fabienne s’est allongée à côté de moi. J’ai pris ses seins dans mes mains et j’ai murmuré : “Laisse-moi te rendre la pareille.” J’aimais lui faire du rentre-dedans autant qu’elle aimait me faire du rentre-dedans. Peut-être même plus.

J’ai commencé à descendre quand elle a dit : “Peut-être pas ce soir, Frank.”

Fabienne n’était pas une amoureuse tranquille. Comme nos voisins s’étaient installés, je pense qu’elle ne voulait pas être gênée par son orgasme. “Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? Faire l’amour ? Des doigts ? Ce n’est pas juste que tu ne prennes pas ton pied aussi.”

“Tu sais que je prends mon pied quand tu le fais. Blottis-toi contre moi.” Les filles sont différentes de nous, les gars.

“La prochaine fois, ce sera ton choix et tout tournera autour de toi. D’accord ?”

“D’accord.”

Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’endormir après cela. J’espère qu’elle en a fait autant.

Le lendemain matin, nous nous sommes levés tôt, nous avons pris un petit déjeuner aussi robuste que possible en camping, nous avons sécurisé le camping et nous avons rempli nos sacs à dos avec beaucoup d’eau, un déjeuner, des collations énergétiques, des vêtements plus chauds au cas où le temps changerait, comme c’est souvent le cas, un appareil photo et une trousse de premiers soins de base. Nous avions fait beaucoup de randonnées ensemble et nous nous sentions bien préparés. La journée s’annonçait assez spectaculaire, il était prévu qu’il fasse chaud à la base, mais évidemment il ferait plus frais au sommet, et les vents étaient actuellement faibles.

Nous avons grimpé le sentier où nous nous sommes arrêtés pour grignoter et nous reposer un peu. La partie suivante était la plus délicate et la raison pour laquelle tant de gens étaient attirés : Le bord du couteau. En bref, il s’agit d’un peu plus d’un kilomètre de long, rocailleux comme tous les sommets de montagne, mais par endroits il ne fait que deux à 1 mètre de large et descend très abruptement des deux côtés. Ce n’est certainement pas pour les personnes inexpérimentées ou au cœur fragile. De nombreuses personnes y ont trouvé la mort au fil des ans, que ce soit par inexpérience, par négligence ou par de mauvaises décisions. De nos jours, les gardes forestiers ferment le sentier lorsque les vents sont trop forts. Outre le vent et l’acrophobie potentielle, l’autre défi consiste à croiser un autre randonneur ou groupe, traversant dans la direction opposée, sur la partie étroite.

Nous avons commencé à traverser et nous avons rencontré un autre couple qui venait vers nous dans la partie la plus étroite. Heureusement, il n’y avait pas de vent, ce qui est rare. J’ai demandé au gars, qui était en tête, de prendre une photo de nous, ce qu’il a accepté. Comme ils séjournaient également au camping, nous avons pris des photos d’eux et avons convenu d’échanger des informations au camp. Nous avons soigneusement négocié le fait de nous croiser et avons continué notre chemin. Nous étions ravis d’avoir traversé et d’avoir atteint le sommet. Nous nous sommes arrêtés pour déjeuner, partageant le sommet avec une douzaine d’autres personnes. Après le déjeuner, nous avions maintenant chaud et nous étions fatigués. Nous sommes arrivés au ruisseau, qui traversait le sentier. J’ai dit : “Nous devrions nous arrêter et tremper nos pieds pour nous rafraîchir”.

Avec un clin d’œil, Fabienne a répondu : “Peut-être devrions-nous remonter un peu le courant pour tout refroidir.”

Je ne m’attendais pas à cela, mais je n’ai pas pu résister à l’idée. Nous avons réussi à nous frayer un chemin en amont, à contourner quelques virages, en nous arrêtant à plusieurs centaines de pieds du sentier. Nous sommes arrivés à un endroit où le ruisseau s’élargissait et s’approfondissait jusqu’à environ un mètre cinquante, l’eau s’écoulant lentement. Comme il n’y avait aucun signe de présence humaine dans les environs, nous nous sommes rapidement déshabillés et sommes entrés dans l’eau. Comme il s’agit d’une vapeur de montagne, l’eau était froide, mais rafraîchissante. Fabienne s’est tournée vers moi, m’a pris dans ses bras et m’a demandé : “Tu veux finir ce que nous n’avons pas fait hier soir ?” en me tapotant les couilles.

Avant que je puisse répondre, nous avons entendu un bruit sourd venir vers nous à travers les broussailles. Ne sachant pas qui ou quoi c’était, nous nous sommes immédiatement dirigés vers le rivage et avons commencé à nous habiller frénétiquement. Il s’est avéré que notre visiteur était un orignal mâle, venu se désaltérer de l’autre côté du ruisseau. Il ne semblait pas du tout intéressé par nous, s’est désaltéré et est parti. Nous nous sommes regardés et avons réalisé que le moment était perdu. Nous avons ri, continué à nous habiller et repris le chemin, arrivant de nouveau au camping un peu après cinq heures.

Nos voisins de la nuit précédente étaient partis et, étonnamment, personne n’occupait cet emplacement ce soir. Nous avons dîné, nous nous sommes assis autour du feu de camp, nous avons partagé une bouteille de vin et nous nous sommes finalement couchés pour la nuit. Cette nuit était plus chaude, alors nous nous sommes débarrassés de tout et nous nous sommes allongés sur les sacs de couchage.

“Puisque nous n’avons pas de voisins, veux-tu ….”.

“Oui.”

“J’ai pensé que tu voudrais bien. J’essaierai de ne pas faire de bruit.”

Quelques gémissements appréciatifs se sont échappés de ses lèvres supérieures pendant que je m’appliquais à lui offrir un cunnilingus. Bientôt, elle serra ma tête entre ses cuisses pendant qu’elle jouissait.

“Maintenant, fais-moi l’amour, Frank.”

Je l’ai fait et c’était aussi merveilleux que d’habitude. Pas d’interruption grossière.

Préférence de la coquine : branlette espagnole
Endroit de préférence pour le sexe : reproduire les scènes porno
Pour me détendre, j’adore chatter sur le net. Cela fait du bien de discuter avec des personnes que l’on connait pas car on peut dire tout et n’importe quoi.